Now Reading
Le challenge Alice Milliat, engagé pour le sport féminin

Le challenge Alice Milliat, engagé pour le sport féminin

Son nom ne vous dit peut-être rien, mais cette parisienne a permis que les femmes participent aux Jeux Olympiques alors qu’elles en étaient exclues. Chaque année, la fondation Alice Milliat organise une course solidaire et connectée pour plus d’égalité dans le sport, avec un succès grandissant.

C’est difficile à croire, et pourtant : jusqu’en 1928, les Jeux olympiques imaginés par Pierre de Coubertin étaient réservés aux hommes. La participation des femmes aurait peut-être été encore plus tardive sans le combat acharné d’Alice Milliat (1884-1957), une grande sportive originaire de Nantes qui pratique l’aviron, la natation, le football et le hockey sur gazon. Elle est également rédactrice pour le magazine l’Auto.

Sa devise ? « L’aviron, l’escrime, l’équitation, le cyclisme, la pelote basque sont des sports que la femme peut pratiquer avec succès ». En 1921, Alice Milliat créé la Fédération sportive féminine internationale, ouvrant l’accès des femmes aux JO 1928 d’Amsterdam.

Des dizaines d’années plus tard, la fondation Alice Milliat rend hommage à cette parisienne à travers un challenge solidaire qui rassemble des milliers de runneuses et de runners. Objectif : défendre les valeurs, la pratique et la médiatisation du sport féminin.

Plus d’un million de kilomètres parcourus

N’importe qui peut participer au challenge Alice Milliat en courant où il veut, à condition de se connecter sur une application de sport ou sur sa montre pour mesurer sa performance. En 2020, cette course connectée a célébré dignement son cinquième anniversaire en battant son propre record : plus d’un million de kilomètres ont été parcourus du 7 août au 6 septembre !

Cet élan en faveur du sport féminin ne s’arrête pas là, puisque le futur équipement olympique de la porte de La Chapelle à Paris sera baptisé Alice Milliat. Tout un symbole quand on sait qu’à ce jour, aucun équipement olympique ne porte le nom d’une femme !L’Arena 2 ( 20 000 places) devrait être livré en 2023, en vue d’accueillir les épreuves de badminton et de taekwondo de Paris 2024.

Une étape de plus pour faire évoluer le sport féminin comme l’aurait voulu Alice Milliat, même si le chemin est encore long : malgré l’évolution de la société, les fédérations olympiques comptent seulement 38 % de femmes licenciées.

Site d’actualités sur la culture du sport, CS-Mag s’intéresse à celles et ceux qui ont fait du sport un art de vivre.

© 2020 GO SPORT. TOUS DROITS RÉSERVÉS.
Retour en haut